Journées Européennes du Patrimoine - Visite énigme

14h & 16h : VISITE ÉNIGME – Les secrets de la Bastide de la Magalone

Parcours ludique à faire en famille à la recherche des secrets de la Bastide de la Magalone bien cachée dans son parc. Découverte du jardin et de la bastide à travers de courtes énigmes proposées par un guide.

Journées Européennes du Patrimoine

A l'occasion des journée européenne du patrimoine, l'office de Tourisme et des Congrès de Marseille organise en collaboration avec la Cité de la Musique de Marseille :

11h : CONCERT - Ensemble Café Zimmermann

Pour les Journées du Patrimoine, l’ensemble Café Zimmermann se produit dans les lieux patrimoniaux du territoire métropolitain. Construisant de véritables partenariats avec ces lieux et les publics, les musiciens proposent de (re)découvrir les oeuvres du répertoire baroque vocal. Depuis un an, Café Zimmermann collabore avec l’Académie du Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence, en invitant de jeunes chanteurs issus de l’Académie et qui débutent leur carrière internationale. Andri Björn Robertsson, basse - Pablo Valetti, violon - Mauro Lopes Ferreira, violon - Patricia Gagnon, alto - Petr Skalka, violoncelle - Michael Chanu, contrebasse - Emmanuel Laporte, hautbois - Céline Frisch, orgue.

Réservation fortement conseillée


14h & 16h : VISITE ÉNIGME - Les secrets de la Bastide de la Magalone

Parcours ludique à faire en famille à la recherche des secrets de la Bastide de la Magalone bien cachée dans son parc. Découverte du jardin et de la bastide à travers de courtes énigmes proposées par un guide.

Réservation Office de Tourisme et des Congrès : 0826 500 500 (0,15€/min)


15h30 : CONCERT - Orchestre au collège Versailles / Cité de la Musique

À la suite de la visite de 14h, venez partager un moment musical avec l’orchestre de la classe de 4e du collège Versailles. Ce projet, construit sur trois ans, accompagne des collégiens d’un établissement classé en Zone d’Education Prioritaire dans l’apprentissage d’un instrument à vent. Direction et saxophone : Jean-Marc Pongy, Arrangements et clarinette: Sylvain Gargalian, Flûte : Noémie Elbaz, Trompette et bugle : Anna Peicaud, Trombone : Hugo Soggia, Professeur d’éducation musicale : Gilles Cabanes

Dépasser 1962

A l’occasion des rencontres du cycle "Algérie-France : la voix des objets" du 10 avril au 19 juin 2017 au MuCEM, la Cité de la musique de Marseille propose un concert illustrant la thématique de chaque soirée. Les six rendez-vous sont ainsi une invitation à découvrir, en ouverture et en clôture, la musique arabo-andalouse (« san’â » ou « gharnati »), le chaâbi algérois, la musique gnawa, le chant kabyle ou le music-hall d’Algérie.

Une petite restauration sera proposée lors de chaque rencontre, avec la Cantine nomade, de 19h à 22h30.

Voir toutes les dates de "Algérie et France : la voix des objets" >


Musique

Quartet : Sylvie Paz, Gil Aniorte, Malik Ziad et Mehdi Laifaoui.

Music-hall d’Algérie : répertoire des années 1940-1960 dans la tradition de Reinette l’Oranaise, Line Monty, Lili Boniche, Maurice el Medioni, Skandran.


Table Ronde

Avec : Boris Cyrulnik (psychiatre), Ahmed Djebbar (historien, ex-membre du Conseil d’administration du Musée d’Histoire de la France et de l’Algérie) et Benjamin Stora (historien, ex-membre du Conseil d’administration du Musée d’Histoire de la France et de l’Algérie)

1962 aurait dû marquer la fin de l’histoire coloniale de la France en Algérie. Les relations entre les deux pays restent pourtant complexes, alors que les relations interpersonnelles sont très actives et nombreuses.

Par ailleurs, le récit historique (pourtant de mieux en mieux établi grâce à l’ouverture des archives) peine encore à rassembler les mémoires divergentes, tandis que la transmission intergénérationnelle de la mémoire familiale continue à jouer un rôle prédominant.

Quelle est l’ampleur de ce ressassement, du manque et de la perte ? Faut-il favoriser la mémoire ou l’oubli ? Les pièces ici présentées (tableaux, cartes postales mais également objets de la vie quotidienne), s’inscrivent, à travers le statut qu’ils ont acquis par leur entrée au musée, dans cette réflexion. Surtout, ils posent une question : comment enfin dépasser 1962 ?

La place de la guerre dans les mémoires

A l’occasion des rencontres du cycle "Algérie-France : la voix des objets" du 10 avril au 19 juin 2017 au MuCEM, la Cité de la musique de Marseille propose un concert illustrant la thématique de chaque soirée. Les six rendez-vous sont ainsi une invitation à découvrir, en ouverture et en clôture, la musique arabo-andalouse (« san’â » ou « gharnati »), le chaâbi algérois, la musique gnawa, le chant kabyle ou le music-hall d’Algérie.

Une petite restauration sera proposée lors de chaque rencontre, avec la Cantine nomade, de 19h à 22h30.

Voir toutes les dates de "Algérie et France : la voix des objets" >


Musique

Ensemble duo : Ali Ferhati et Massinissa Chebrek.

Musique et chant kabyle avec Ali Ferhati : icône de la jeunesse kabyle dans les années 90, il a aujourd’hui trouvé sa place parmi les plus grands.


Table Ronde

Avec : Alexis Jenni (écrivain) et Fouad Soufi (historien).

Aujourd’hui encore, il reste difficile d’aborder sereinement l’histoire coloniale qui lie l’Algérie et la France, comme si les traumatismes engendrés par les violences qui la jalonne ne pouvaient se réparer. La tentation est grande de corréler ce « passé qui ne passe pas » et les fissures qui divisent aujourd’hui les sociétés de part et d’autre de la Méditerranée.

Parallèlement aux travaux des historiens, des politologues et des sociologues, la littérature semble avoir été l’art le plus constant et le lieu le plus stimulant pour la mise en récit de cette histoire qui n’en finit pas. Les affiches et tracts de propagande, tout comme les objets symbolisant la vie des soldats, nous permettent d’engager le débat.

Visages urbains et architecture coloniale

A l’occasion des rencontres du cycle "Algérie-France : la voix des objets" du 10 avril au 19 juin 2017 au MuCEM, la Cité de la musique de Marseille propose un concert illustrant la thématique de chaque soirée. Les six rendez-vous sont ainsi une invitation à découvrir, en ouverture et en clôture, la musique arabo-andalouse (« san’â » ou « gharnati »), le chaâbi algérois, la musique gnawa, le chant kabyle ou le music-hall d’Algérie.

Une petite restauration sera proposée lors de chaque rencontre, avec la Cantine nomade, de 19h à 22h30.

Voir toutes les dates de "Algérie et France : la voix des objets" >


Musique

Ensemble trio : Amine Tewfik, Medhi Laïfaoui et Malik Ziad.

La musique gnawa d’Algérie, appelée diwane pour la distinguer de la gnaoua marocaine et de la stambali tunisienne, trouve son origine dans les rites de l’Afrique sub-saharienne et se décline en un répertoire de divertissement et un répertoire sacré. En Algérie, deux festivals culturels sont aujourd’hui consacrés à ce courant musical, à Béchar et à Alger.


Table Ronde

Avec: Nadir Tazdait, Pascale Langrand (architectes) et Bruno Boudjelal (photographe).

Les grandes cités algériennes, et en particulier Alger, portent les marques des destructions et occupations successives qui s’y sont déroulées tout au long de son histoire, notamment celles de l’architecture à l’époque coloniale. Architectes et urbanistes français y ont réalisé de grands projets, parfois même après l’Indépendance. Certains monuments issus de ce passé, comme la Grande Poste d’Alger, s’inscrivent désormais dans le patrimoine culturel local et semblent servir de repère à toutes les mémoires.

Exposée dans le forum du J4, la maquette de ce monument né en 1913 (comme Albert Camus) questionne l’héritage des architectures coloniales.

Tout comme les images et photographies présentées : réalisées durant toute la période coloniale, elles constituent un portrait de l’Algérie d’une richesse documentaire unique.

Archéologie et ethnologie : Le poids des héritages

Le poids des héritages

A l’occasion des rencontres du cycle "Algérie-France : la voix des objets" du 10 avril au 19 juin 2017 au MuCEM, la Cité de la musique de Marseille propose un concert illustrant la thématique de chaque soirée. Les six rendez-vous sont ainsi une invitation à découvrir, en ouverture et en clôture, la musique arabo-andalouse (« san’â » ou « gharnati »), le chaâbi algérois, la musique gnawa, le chant kabyle ou le music-hall d’Algérie.

Une petite restauration sera proposée lors de chaque rencontre, avec la Cantine nomade, de 19h à 22h30.

Voir toutes les dates de "Algérie et France : la voix des objets" >


Musique

Ensemble trio : Fouad Didi, Farid Zebroune et Youcef Kasbadji.

Le «gharnati» est la forme musicale arabo-andalouse issue de la grande école de Tlemcen, transmise par les réfugiés andalous. Autre variante, le malouf est un répertoire provenant de Constantine.


Table Ronde

Avec : Nabila Oulebsir (historienne et architecte), Mounir Bouchenaki (archéologue) et Benoît de l’Estoile (anthropologue).

La conquête de l’Algérie par la France au XIXe siècle coïncide avec l’émergence de nouvelles sciences - archéologie puis ethnologie -, mises à profit pour une meilleure connaissance de ces nouveaux territoires et populations. Le lien entre savoirs et pouvoirs en temps colonial a durablement marqué ces pratiques, jusqu’à aujourd’hui.

Les relevés d’architectures antiques dessinés par Amable Ravoisié lors de l’expédition de 1840 ainsi que des poteries kabyles collectées plus récemment par les époux Henriette et Gabriel Camps sont aujourd’hui présentés au Forum du J4 : ils ouvrent à la discussion sur les usages coloniaux des patrimoines de la vie quotidienne et leurs répercussions actuelles.

Abdelkader – Napoléon III : le mythe des grands hommes

Le mythe des grands hommes

A l’occasion des rencontres du cycle "Algérie-France : la voix des objets" du 10 avril au 19 juin 2017 au MuCEM, la Cité de la musique de Marseille propose un concert illustrant la thématique de chaque soirée. Les six rendez-vous sont ainsi une invitation à découvrir, en ouverture et en clôture, la musique arabo-andalouse (« san’â » ou « gharnati »), le chaâbi algérois, la musique gnawa, le chant kabyle ou le music-hall d’Algérie.

Une petite restauration sera proposée lors de chaque rencontre, avec la Cantine nomade, de 19h à 22h30.

Voir toutes les dates de "Algérie et France : la voix des objets" >


Musique

Ensemble trio : Brahim Kallouche, Farid Zebroune et Sofiane Chabane

Le chaâbi appartient à la musique arabo-andalouse, enrichi aujourd’hui par diverses influences arabe, européenne et africaine dans ses mélodies, et gnawa et berbère dans ses rythmes. Le trio interprète le répertoire du maître Hadj M’hamed El Anka, l’un des créateurs de ce genre apprécié dans toute l’Algérie, pour l’aspect poétique, moral et social de ses textes.


Table Ronde

Avec : François Pouillon (anthropologue) et Daho Djerbal (historien)

L’émir Abdelkader ainsi que, dans un rôle plus secondaire, l’empereur Napoléon III, figurent parmi les grands personnages de l’histoire des relations entre France et Algérie. Dès son accession au pouvoir, Napoléon III semble avoir voulu se distinguer de ses prédécesseurs en libérant l’émir, alors emprisonné en France. Le bilan de sa politique algérienne ne sera pourtant pas à la hauteur de son ambition initiale alors que l’émir aura quant à lui préféré le retrait définitif...

La confrontation entre, d’un côté, les rares effigies qui permettent d’évoquer la figure d’Abdelkader et, de l’autre, des tableaux orientalistes illustrant le renouveau du thème de l’Algérie en peinture à l’époque de Napoléon III, pose la question ouverte de la nécessité et du rôle des grands noms dans le récit et le partage de cette histoire.

Algérie et France : une histoire sans fin ?

A l’occasion des rencontres du cycle "Algérie-France : la voix des objets" du 10 avril au 19 juin 2017 au MuCEM, la Cité de la musique de Marseille propose un concert illustrant la thématique de chaque soirée. Les six rendez-vous sont ainsi une invitation à découvrir, en ouverture et en clôture, la musique arabo-andalouse (« san’â » ou « gharnati »), le chaâbi algérois, la musique gnawa, le chant kabyle ou le music-hall d’Algérie.

Une petite restauration sera proposée lors de chaque rencontre, avec la Cantine nomade, de 19h à 22h30.

Voir toutes les dates de "Algérie et France : la voix des objets" >


Musique

Ensemble trio: Mouloud Adel, Farid Zebroune et Madjid Sebillot.

Le « san’â » est la forme algéroise de la musique arabo-andalouse, tradition également suivie dans les villes du centre de l’Algérie. Le trio interprète un répertoire classique,néoclassique et sacré.


Table Ronde

Avec: Françoise Vergès (politologue) et Georges Morin (politologue, ex-membre du Conseil d’administration du Musée d’Histoire de la France et de l’Algérie)

L’installation présentée au forum du J4 retrace l’histoire complexe des relations entre l’Algérie et la France qui furent, jusqu’en 2014, le sujet d’un musée à Montpellier. Le projet ayant été abandonné, une sélection d’objets choisis parmi sa collection et celle du Mucem est aujourd’hui offerte en partage et à la discussion.

La selle du dey d’Alger ainsi que des clés de cette cité issues de son passé ottoman, exposées devant des tableaux peints vers 1830, inaugurent symboliquement les débats dans la perspective du temps long de l’histoire.

Bertolino - Le Gac

Conférence illustrée - Cycle Musica'Cité

La rencontre féconde de Gurvant Le Gac et de Pierre-Laurent Bertolino au sein de l’aventure musicale Dupain créé le désir de s’exprimer ensemble à travers ce duo intimiste. Un rendez-vous musical avec ces deux musiciens pour découvrir leur univers, entre la Bretagne et la Provence.

18h15 - Rencontre avec Ludwig Berger 20h30 - Concert

L’artiste allemand Ludwig Berger, né en 1986, a grandi en Alsace. Compositeur et artiste sonore, il produit aussi bien des compositions électroacoustiques, des morceaux radiophoniques, des soundscapes que de la musique de théâtre et de films.

Dans son travail, il s’interroge sur les relations qui lient le temps et l’espace, les paysages et la cartographie, les enregistrements et le souvenir. Depuis 2015, il travaille comme enseignant-chercheur à l’institut d’architecture paysagère de l’ETH de Zürich.

Avec la participation des étudiantes du master franco-allemand en Médiation culturelle de l’art (Marseille-Hildesheim) suivi à l'Université d'Aix-Marseille et au Goethe Institut