Maria ROBIN

Mariya, de son vrai nom Maria Robin, chante et danse depuis son plus jeune âge.
Fille du musicien et compositeur Titi Robin, elle est baignée très tôt par les rythmes et chants des cultures gitanes, orientales et d’Asie centrale.
A la maison, elle chante et danse naturellement, accompagnée par son père à la guitare et au bouzouk, et par sa soeur aux percussions. La musique est une affaire de famille…

Petite, lors des spectacles paternels, elle admire la danseuse gitane Gulabi Sapera, plus connue en Inde sous le nom de Gulabo. Eblouie par la force et l’intensité qui s’en dégage, Mariya se laisse emporter par la danse kalbeliya. Elle a trouvé son guide…
Depuis son enfance, Maria Robin vogue entre la France et le Rajasthan, entre ces cultures tsigane et gadji… En parallèle de son apprentissage de la danse Kalbeliya, auprès de Gulabi et des femmes de la communauté gitane, elle engrange un véritable répertoire de chants traditionnels rajasthanis.

En 2003 elle fonde à Montpellier la formation musicale Dùnya qui revisite un répertoire traditionnel gitan du Rajasthan à l’Andalousie. Les premières compositions de Mariya voient le jour au sein de ce groupe.

En 2005, elle évolue au sein du spectacle Famille , de Titi Robin et Gulabi Sapera, qui tournera pendant deux ans et fera l’ouverture du festival Les Orientales de St-Florent le Vieil.

De 2008 à 2010, elle chante et danse dans le spectacle Kali Sultana de Titi Robin.

En 2010 elle crée, avec les musiciens du groupe Dùnya, le spectacle Sur la route des gitans conte musical en direction du jeune public, qui fera plus de cent quarante représentations pendant deux ans au sein du réseau des JMF (Jeunesses Musicales de France).

En 2012, toujours en partenariat avec les JMF, Mariya écrit un nouveau conte musical pour le jeune public Le voyage de Mehmet. Ce spectacle, en duo avec la multi-instrumentiste iranienne Shadi Fathi, est construit sur le thème de la route de la soie. Il se produit pour les scolaires dans toute la France depuis 2012. Le duo existe également en version « récital », autour des musiques et danses d’Asie centrale.

Sous le nom d’artiste de Mariya, Maria Robin présente actuellement une nouvelle création musicale, la plus personnelle de toutes, autour de ses compositions, intitulée Mon ivresse
Un E.P en direction des professionnels est enregistré en mars 2014 pour promouvoir ses nouvelles chansons.

Un album et une tournée sont actuellement en préparation avec les musiciens Mehdi Nassouli (guembri, choeurs), Steven Fougères (guitare flamenca), Maura Guerrera (choeurs, tamburello), Laurent Clouet (clarinette, saxophone) et Anne-Laure Bourget (percussions).

Durant ces années, Maria Robin à participé à plusieurs enregistrements discographiques dont les albums Kali Sultana, Ces vagues que l’amour soulève et Alezane de Titi Robin, la B.O. du film La mentale de Manuel Boursignac, ainsi qu’au livre-disque paru chez Gallimard Jeunesse La musique des Gitans.
Sur scène, elle s’est déjà produite, entre autres, à l’auditorium de l’opéra de Lyon, au Théâtre des Bouffes du Nord, à l’Institut du Monde Arabe, au Cabaret sauvage, et aux Folies Bergères (Paris), au Littérature Festival de Jaipur, au Kalakshetra de Chennai et au Blue Frog de Bombay (Inde), au Festival Gnawa d’Essaouira (Maroc), au Sori Festival de Jeonju (Corée), au Festival Womad de Reading (UK), …

Pendant ce temps, parallèlement à sa carrière scénique, elle n’a cessé de transmettre la danse gitane du Rajasthan à de nombreuses élèves en France et à l’étranger.
Tout en ancrant profondément ses racines dans la culture kalbeliya, la danse de Mariya trouve également son inspiration au coeur des danses soufis, orientales et gitanes et s’épanouit dans l’improvisation.

Mariya est une des rares chanteuses-danseuses de la scène artistique contemporaine.
Entre sa fidélité aux sources qui la nourrissent et son désir d’ouvrir une voie originale pour son art, elle a su développer une identité vocale et chorégraphique propre…