Marion RAMPAL

Née en 1980 à Marseille, elle étudie la musique et le chant au gré des rencontres et des cadeaux fantaisistes de l’existence : une maman qui invente des berceuses façons Michel Legrand, un grand-père pianiste qui joue tout Nat King Cole en Fa, quelques cours de flûte – mais rien à voir avec le flûtiste !-, de piano, une fabuleuse chorale de lycée…
Quelques concerts de rock et jeans déchirés plus tard, Grunge oblige, elle griffonne ses premières chansons et montent des groupes de rock, Wesh Wesh puis We Used To Have A Band aux côtés de François Richez.
Mais les airs de swing de l’enfance la rattrapent aussitôt et elle file étudier le Jazz, à l’IMFP puis au Conservatoire de Marseille où la rencontre avec Raphaël Imbert et sa Compagnie Nine Spirit marquera le début d’une collaboration riche. C’est sur son label qu’elle sort un premier album de ses compositions en 2009: Own Virago. Un peu plus tard, le travail autour de Heavens, Amadeus & The Duke avec Raphaël Imbert, donne lieu à une rencontre avec le Quatuor Manfred avec qui elle interprète Weill, Eisler, Hindemith dans Bye Bye Berlin!
En 2011 elle enregistre Vertigo Songs avec la pianiste Perrine Mansuy
Avec Pierre -François Blanchard Marion monte LosT ArT sOng, un récital insolite qui mêle chanson, mélodie française (Fauré, Verlaine…) et improvisation, sous la direction de Linda Wise.
En 2102 elle intègre le Big Band d’Archie Shepp pour la reprise d’Attica Blues.
Grande allergique aux étiquettes, Marion Rampal cherche toujours à faire un lien entre tradition et création, mot et musique, racines classiques occidentales. Et si elle puise son inspiration aux sources de la « Great Black Music » elle n’hésite pas à entonner des airs du Kabarett des années 20 ou la musique sacrée d’Ellington, ni à se hisser sur un praticable munie d’un mégaphone pour faire clamer un gospel à 500 personnes sous une bretelle d’autoroute !