Mouloud ADEL

Adel Mouloud est né le 3 novembre 1966 à Alger. Ses parents enseignants sont mutés à Cherchell, une petite ville du nord-ouest algérien. Cette ancienne cité et capitale de l’empire romain en Numidie, est aussi connue pour être une ville de culture et de tradition musicale andalouse, puisqu’elle a accueilli plus de 1000 familles andalouses après la chute de Grenade. C’est là que le jeune Mouloud a eu la chance de découvrir pour la première fois la musique arabo-andalouse et ce, dans le cadre de l’association culturelle et musicale ERRACHIDIA qu’il fréquente en tant qu’élève dès son plus jeune âge.

Il débute son apprentissage dès l’âge de 10 ans et très vite le charme opère. Fasciné par la magie des textes et par les airs langoureux, cette musique l’habite depuis. Il devient un élève studieux et appliqué et se met aussitôt à s’initier à jouer de son instrument privilégié : La mandoline, sans délaisser d’autres instruments comme le violon, le luth et la derbouka. Durant 8 ans, il s’adonne à la pratique de la musique andalouse, notamment le chant, servi par une voix à la fois pathétique et mélodieuse, sous la direction de son maître le cheikh Smaïl Hakem auquel il voue un profond respect. D’une pratique intuitive et douée et grâce à sa voix très appréciée, il participera à plusieurs manifestations culturelles, entre autre le festival de musique traditionnel de Tlemcen en 1980 et le festival international du Malouf de Constantine en 1981, 1982 et 1983, ce qui lui permet de s’épanouir davantage et d’affirmer son talent.

En 1984 il part en France pour terminer ses études, mais parallèlement à cela, il ne cesse la pratique de la musique et du chant andalou soit dans des groupes soit seul pour son propre plaisir et celui de ses amis. C’est ainsi qu’en 1991, il fonde, avec quelques amis l’association EL ANDALOUSSIA à Nancy et se met au service de l’enseignement de cette musique aussi bien pour les enfants que pour les adultes et ce durant trois ans. Durant cette période, il se produira avec la troupe EL ANDALOUSSIA pour faire connaître cette forme musicale aux communautés du Maghreb vivant en France.

Nommé à Marseille en qualité de Maître de conférences, il fait la connaissance de quelques amateurs et professionnels qui partagent avec lui la même passion et se produit avec le groupe TARAB dans plusieurs villes de France depuis 1996. En 2003 il est à l’initiative de de la création l’ensemble ² Parfum d’al Andalus ² à l’occasion du festival des chants sacrés en méditerranée. Son rêve est de partager avec des musiciens d’horizons divers, la fascination qu’il a pour cette musique parce qu’elle est comme l’a dit le professeur Bernard Moussali « Œuvre de mystiques et de libertins aux frontières de la magie et de la foi ». Il réalise son premier CD en avril 2002 et anime des ateliers de musique arabo-andalouse au sein de collèges dans la région marseillaise.

En 2008, il est à l’initiative de la création de la formation «  MEZDJ » regroupant des musiciens corses, maghrébins et occitans. Il entame alors dans ce cadre, un travail sur les chants sacrés et profanes en méditerranée.

Actuellement il aborde, avec cette nouvelle œuvre,  la musique sacrée authentiquement véhiculée par les legs des confréries au travers du chant panégyrique véhiculé par le mode «Madh Dini » mais toujours dans le style arabo-andalous qui reste l’empreinte de son art. Ce tournant de carrière  résulte d’une maturation spirituelle grandement favorisée par une sensibilité toujours renouvelée pour la magie des textes de ses bardes préférés, figures immuables du patrimoine national algérien.