Méditerranée, Ma beauté

Concours d’écriture de poésie
Printemps des Poètes 2019

« Défends – toi, sublime Beauté du monde donné !
Défends – toi, Beauté Violente » Jean – Paul Michel (poète)

Comment participer ? En écrivant un poème sur la Méditerranée (au sens large : la mer, Marseille, ou autre ville de Méditerranée, la Provence ou autre région d’un pays de Méditerranée : des souvenirs, du vécu, des émotions, des paysages, des histoires…)

Critères de sélection : aucun sur la forme (en vers, prose…), l’essentiel étant l’émotion dégagée par le texte.

Quels sont les participants ? Les élèves de plus de 12 ans, leur famille, les professeurs, l’ensemble du personnel de la Cité de la Musique de Marseille.

Quel jury ? L’équipe artistique de « Paroles de Méditerranée »

Qu’est-ce qu’on « gagne » ?

  • Une séance de coaching pour vous apprendre à dire ou lire votre poème en public
  • Dire ou lire son poème en public lors d’une des 2 représentations de « Paroles de Méditerranée » les 12 et 13 Mars 2019 à l’auditorium de la Cité de la Musique.

Adressez votre poème par mail à Pictur’Music  (compagnie résidente à la Cité de la Musique de Marseille): pictur.music@free.fr avant le 15 janvier 2019, en indiquant vos nom, prénom, âge et numéro de portable.

A VOS PLUMES, LAISSEZ S’EXPRIMER VOTRE CRÉATIVITÉ !!!

Pour tout renseignement, contacter Anne Derivière-Gastine au 06.10.07.05.24

Retrouvez nous sur :

www.gastinecompagniemusicale.fr

www.facebook.com/gastinecompagniemusicale.fr

Et sur Twitter : @GastineMusical   #Gastine

 

Quelques mots sur la Méditerranée … et sa beauté !

Francis PONGE   Pour un Malherbe, Gallimard, 1965, pp. 255-256

« Quant à moi, je reviendrai donc à ma Beauté première.
Pour ceux qui sont nés non loin de la Méditerranée, pas de doute : la Beauté existe. Et quelle folie d’habiter loin d’elle ! Quelle folie, quelle absurdité de s’en exiler !
C’est celle de la Fontaine de Nîmes, celle du moindre figuier. Celle du moindre cabanon à outils dans une vigne, non loin parfois d’un pin, d’un pin parfois parasol. C’est la mer scintillant comme un tesson de mosaïque entre les oliviers.
C’est la grandeur rose et maïs des choses de la statuaire et de l’architecture et des inscriptions mythiques sous le soleil.
Nous n’avons pas d’autre projet existentiel que de nous en flatter et à propos de n’importe quoi la dire, en faire une statue pour vivre entre ses genoux ».

André – Alain MORELLO

« Le paysage méditerranéen nous invite à revenir à la Beauté première, à la source, là où tout a commencé. Revenir à Ulysse, à celui qui a créé la Méditerranée (et notre littérature), et qui ne cesse de réapparaître même dans les œuvres des écrivains de notre siècle, chez Giono (Naissance de l’Odyssée), chez Roblès, chez Derek Walcott et chez bien d’autres encore ».

Edgard MORIN 1994

« Méditerranée ! Mer qui porte en elle tant de diversité et tant d’unité ! Mer des extrêmes fertilités et des extrêmes aridités ! […] Mer à la fois d’antagonismes et de complémentarité conflictuelle de la mesure et de la démesure ! Berceau de toutes les cultures d’ouverture et d’échanges ! Matrice de l’esprit le plus sacré et de l’esprit le plus profane ! […] Mer de la communication des idées et des confluences des savoirs, qui a su faire passer Aristote de Bagdad à Fès avant de le faire parvenir à la Sorbonne de Paris ! Mer tricontinentale des rencontres fécondes et des ruptures tragiques entre l’Est et l’Ouest, le Sud et le Nord ! »